Projet : Graine de Reporteur Scientifique

Dernière mise à jour le 14 novembre 2021 par F.Tinard

Ce projet, proposé par l’Education Nationale pour la quatrième année, est ouvert ouvert à l’AEFE pour la deuxième année scolaire.

Le projet vise à offrir aux collégiens et lycéens l’opportunité d’être des médiateurs scientifiques pour les autres jeunes sur un sujet majeur Science-Société : les interactions Océans et Climat, qui jouent un rôle central dans la machine climatique, constituent un enjeu environnemental crucial.
En se positionnant eux-mêmes en tant que passeurs de connaissances, les élèves réaliseront des vidéos qui seront valorisées de façon pérenne sur un site web dédié. 

Nous avons choisi de travailler sur le thème de la migration des ressources marines, à savoir les tortues, les barracudas, les baleines… Tous observables au large des côtes camerounaises, plus ou moins aisément.

Nous avons pour objectif de créer un petit film de cinq minutes sur ce sujet et nous avons choisi de partir faire des observations sur Kribi car nous savons que la ponte des tortues y est fréquente et que la pêche des barracudas y est pratiquée.

Nous sommes partis le Jeudi 11/11/2021 du lycée avec vingt élèves de première spécialité SVT accompagné de quatre enseignants : 

  • Mme PINOT, professeur de SVT
  • Mme NOUTAT, professeur de lettres
  • M. TANCOGNE, professeur d’EPS
  • M. TINARD, professeur de mathématiques

Nous sommes arrivés vers 13h30 sur une plage de grand Batanga où nous avons pris le déjeuner sous forme de pique-nique. Après un temps libre, nous avons exposé le programme des jours à suivre puis nous sommes allés à l’hôtel de phare.

                                 

Notre première soirée s’y est passée tranquillement. Nous nous sommes répartis dans les chambres, installés et nous avons diné à l’hôtel. Les élèves ont pu profiter de la plage, de la mer et de la piscine sous la surveillance des encadrants.

Le vendredi matin, nous avons débuté la journée avec un réveil sportif pour les volontaires les plus motivés. Certains ont fait un jogging avec M. TANCOGNE, d’autres ont choisi de faire du yoga avec Mme NOUTAT et Mme PINOT alors que d’autres ont choisi de surveiller les chambres sous la surveillance M. TINARD.

Après cela, nous avions rendez-vous avec l’ONG African Marine Mammal Conservation Organization (AMMCO) afin d’assister aux conférences proposées sur différents thèmes :

  • L’érosion des côtes dans le golfe de Guinée.
  • La préservation de la faune et de la flore locale
  • L’impact de la pêche intensive sur les ressources marines et sur la pêche vivrière

 

 

 

 

 

 

Nous nous sommes alors dirigés vers les chutes de la Lobé pour y prendre le déjeuner et aussi profiter de ce lieu unique.

Après cela nous avons rejoint de nouveau l’ONG AMMCO afin d’assister aux conférences proposées et de suivre les explications fournies sur le travail effectué par cette ONG. Notre contact sur place, Aristide, docteur en biologie marine, nous a guidés et a su nous fournir les explications nécessaires à la bonne compréhension de tous.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la plage de NGOYE sur laquelle une baleine en taille réelle allait être construite en bouteilles plastiques. Nous avons apporté notre contribution en  amenant plusieurs sacs de bouteilles que nous avons ramenés de Douala. Nous sommes arrivés trop tôt car la construction n’allait débuter que le samedi matin.

Par le suite nous sommes retournés à l’hôtel du Phare où nous avons la surprise de rencontrer Yannick NOAH et Amélie MAURESMO qui venaient dîner, eux aussi, à l’hôtel.

Le lendemain matin, le samedi, nous avons quitté l’hôtel pour rejoindre quelques pêcheurs afin de comprendre leur activité et participer à leur pêche.
Ils partent déposer un filet d’une trentaine de mètres en mer à l’aide de deux pirogues. Une fois le filet posé, ils le ramènent en tirant sur les deux cordes. Deux groupes d’hommes, trois au minimum par groupe, tirent sur les cordes en étant guidés par un homme sur une pirogue. Cet homme leur indique le côté sur lequel ils doivent tirer le plus. Ces filets peuvent ramener plusieurs types de poissons et crustacés. En effet, une fois le filet sur la plage, il est vidé puis la pêche est triée par les femmes. Les poissons seront essentiellement vendus au kilo et les crevettes seront mangées dans le ndolé. Il n’est pas impossible que des tortues soient prises dans ces filets et les pêcheurs les mangent plutôt que de les relâcher. 

Nous sommes ensuite allés au marché aux poissons où nous avons pu observer la vente des différents poissons pêchés. De nombreuses espèces sont représentées dans ce marché en fonction des saisons.

  • Capitaine
  • Barracuda
  • Carpe
  • Thon jaune
  • Sardine
  • Raie
  • Carangue
  • Maquereau
  • Bar
  • Sole
  • Turbo

Il est possible d’y acheter de petites quantités et de les faire braiser par les braiseuses qui sont juste à côté.

Nous avons aussi eu la chance de visiter une fabrique de pirogues et de poser quelques questions au gérant de cette fabrique. Les bateaux y sont fabriqués et réparés à l’aide d’un bois rouge, le padouk, venu des forêts de la région du Sud.

           

Après cette belle visite dans la pêcherie et le marché aux poissons de kribi, nous nous sommes rendus de nouveau sur le site de la construction de la baleine en bouteilles plastiques et ainsi proposer notre soutien aux artistes présents.
La baleine était alors quasiment terminée et nous avons pu constater que nos bouteilles avaient été utilisées à bon escient.

A notre retour, les élèves ont profité de leur dernière soirée kribienne à l’hôtel du phare en passant une soirée tous ensemble. Nous avons repris la route le dimanche matin vers 10h et sommes arrivés au lycée vers 13h30.
C’est un dur retour à la réalité pour nous tous, les cours reprennent le lendemain matin dès 8h.

Cependant, le week-end ne se termine pas ainsi… En effet nos jeunes élèves avaient un dernier rendez vous à honorer. Nous avions à rencontrer Michel Brunet pour assister à la projection du documentaire « Sur les traces de Toumaï » à l’Institut Français du Cameroun » à 18h15.

A notre retour, les élèves ont profité de leur dernière soirée kribienne à l’hôtel du phare en passant une soirée tous ensemble. Nous avons repris la route le dimanche matin vers 10h et sommes arrivés au lycée vers 13h30.
C’est un dur retour à la réalité pour nous tous, les cours reprennent le lendemain matin dès 8h.

Cependant, le week-end ne se termine pas ainsi… En effet nos jeunes élèves avaient un dernier rendez vous à honorer. Nous avions à rencontrer Michel Brunet pour assister à la projection du documentaire « Sur les traces de Toumaï » à l’Institut Français du Cameroun » à 18h15.

Sorti en 2019, le documentaire “Sur les traces de Toumaï, Michel Brunet au nom de l’humanité” réalisé par Aaron Padacké Zégoubé (Tchad) raconte l’aventure de la mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT), dirigée par le paléontologue et paléoanthropologue français, Pr Michel Brunet. Le long métrage de 90 minutes diffusé le 26 avril par la chaine TV5 revient sur le travail qui a abouti à la mise à jour le 19 juillet 2001 d’un crâne vieux de 7 millions d’années : le fossile baptisé « Toumaï », qui signifie « espoir de vie » en langue Goran. Cette découverte capitale fait du Tchad le berceau de l’humanité.

About the author